Actualités

Portrait de Virginie et Angélik : deux entreprenueres engagées

Un mois d’Octobre sous le signe d’Octobre Rose …..

C’est donc une belle occasion que de mettre en avant deuxentrepreneures, engagées humainement et professionnellement dans l’inclusion sociale.

Deux femmes qui luttent de manière différente pour un objectif commun : faire que la différence de chacun soit la richesse du collectif.

Angélik FILIPPA, en CAPE depuis bientôt trois ans, a développé HANDY FACIL. Formatrice et référente handicap, elle intervient auprès des sociétés pour sensibiliser et favoriser l’inclusion des salariés en situation de handicap ou ayant connu une longue maladie.

« La reprise du travail est un événement important pour la rémission suite à un cancer du sein. Il est naturel de se sentir nerveux face à cette idée, surtout si vous avez été absente pendant plusieurs mois. Reprendre son poste après les traitements est un processus qui se prépare, au moment de la fin des traitements actifs. La flexibilité et le soutien de l’environnement de travail contribuent grandement au succès de la reprise. Une fois la période des traitements actifs terminée, retourner au travail est motivant pour certains puisqu’il signifie un retour à la « normale ». Pour d’autres, c’est une étape préoccupante et angoissante. Dans les deux cas, le retour peut présenter des défis.

Une des grandes difficultés rencontrées est causée par l’écart entre l’idée que l’on se fait du retour au travail et la réalité sur le terrain. On peut penser à tort que tout sera comme avant; la réalité est que beaucoup de choses peuvent avoir changé, en commençant par vous. Votre niveau d’énergie, vous pouvez avoir de nouvelles contraintes physiques, etc. Anticiper ces nouvelles dispositions peut vous aider à mieux y faire face.»

 

Virginie VAN LANDEGHEM, est à la fois athlète et entrepreneure : elle développe en couveuse une activité d’encadrement des activités physiques adaptées et de santé.

« L’activité physique adaptée (APA) fait partie des traitements non médicamenteux des cancers. En effet, la pratique régulière d’une activité physique contribue à réduire les effets indésirables des traitements de chimiothérapie, combat la fatigue et la dépression, et peut réduire le risque de récidive. De plus, chez les femmes opérées pour un cancer du sein, l’APA peut prévenir de certains effets secondaires.

Dans les clubs qui proposent ces disciplines, des éducateurs formés à la pratique du sport santé sont chargés de définir des protocoles de remise en forme et d’entraînement adaptés à chaque cas particulier. Les frais engagés, souvent modestes, sont parfois pris en charge par les assurances complémentaires (« mutuelles ») ou les mairies / départements.

Les patients qui ont recours à ces activités adaptées témoignent de bénéfices physiques (par exemple sur l’autonomie et l’endurance), mais également de bénéfices psychosociaux (lutte contre l’isolement, meilleure image de soi). Il est particulièrement important de maintenir le lien social dans le milieu « ordinaire » (en dehors de l’hôpital) .Ca réduit le risque de récidive dans le cas du cancer du sein

Son mantra : Commence où tu es. Utilises ce que tu as. Fais ce que tu peux.